Rétrospective Wim Wenders – Voyage cinéphile entre Allemagne et Amérique

Jusqu’au 21 mai, une rétrospective est consacrée aux débuts du cinéaste allemand au Cinématographe, avec une sélection de 9 films réalisés entre 1971 et 1986.

Wim Wenders, ça vous dit quelque chose ? Pour ma part, jusqu’à présent ce nom m’évoquait essentiellement son Paris, Texas (1984) vu (et adoré) il y a quelques années. C’est avec plaisir que je suis donc allée au Cinématographe en ce début du mois de mai afin de découvrir sur grand écran deux de ses films les plus connus, Alice dans les villes et Les ailes du désir. Et j’étais loin d’être la seule à vouloir (re)découvrir la filmographie du cinéaste, en témoigne une salle de cinéma par deux fois bien remplie.

Alice dans les villes (1973), tout d’abord. Un reporter allemand rencontre la jeune Alice et sa mère à New York, par un hasard de circonstances lié à une grève de transports aériens. Le journaliste se retrouve embarqué dans un périple en compagnie de la petite fille, lorsque la mère de celle-ci disparaît. S’ensuit un voyage, entre recherche de la grand-mère de la petite Alice et quête de sens, entre aventure et fuite. J’ai adoré suivre les errances de ces deux personnages attachants à New York, Amsterdam puis sur les routes allemandes, et observer l’évolution de leur relation à l’écran.

Les ailes du désir (1986), ensuite, dans un Berlin photogénique filmé en noir et blanc. Le spectateur suit ici le quotidien d’un être mystérieux, un ange, qui se promène au milieu des êtres humains, dont il est capable d’entendre les moindres pensées. Il tente jour après jour de leur apporter réconfort et apaisement dans leurs moments de doutes. Tandis que les humains sont plongés dans les difficultés de la vie quotidienne, l’ange lui se prend à rêver de devenir mortel lorsqu’il tombe amoureux. Ce film poétique éveille bon nombre de questionnements sur le rapport à la vie et la place de l’individu dans l’Histoire, comme une invitation à prendre conscience de la chance d’être en vie, et des plaisirs simples. Et à continuer à nous émerveiller de ce qui nous entoure comme le ferait un enfant (Alice ?) - ou un ange ici - qui découvre le monde.

Courrez vite au Cinématographe vous plonger à votre tour dans la filmographie de Wim Wenders !