The Ophelia songbook : une création inclassable !

15 janvier, direction le théâtre municipale de Rezé pour une représentation de l’Ophelia songbook programmé par la Soufflerie. Le décor composé de feuilles, fleurs et de guitares en suspension donne à la salle une ambiance bucolique. En fond sonore un écoulement de ruisseau nous fait patienter. Le trio de musiciens s’installe alors aux différents instruments : David Chevalier à la guitare et au théorbe (drôle d’instrument à douze cordes venant tout droit de l’Italie du XVIe siècle), Sébastien Boisseau à la contrebasse et Christophe Laverne à la batterie. La chanteuse Kyrie Kristmanson fait, elle, une apparition onirique dans la salle. Vêtue d’une robe rose et d’un voile blanc, bouquet de fleur à la main, elle descend lentement vers la scène. Son visage est mis en valeur par un jeu de lumière tout simple.

Les musiciens sont impressionnants. Leur musique est un mélange de plusieurs influences : jazz, folk, chanson... La chanteuse quant à elle a une voix presque lyrique qui se marie très bien aux sonorités du groupe. Elle a écrit les textes de ce spectacle en s’inspirant d’Ophélie , personnage féminin d’Hamlet de Shakespeare. Parfois chanté, parfois parlé, parfois en anglais, parfois en français, ses textes sont écrits comme si on lisait le journal intime d’Ophélie.

Malgré une première impression très forte et quelques frissons, mes sensations s’estompent au fil du spectacle. Les musiciens me transportent par la diversité de musique proposée mais la chanteuse me laisse un peu de côté avec une voix qui me semble trop faible dans les aigus.

A final c’est une collaboration poétique et délicate qui nous a été proposé mettant fin à la résidence de David Chevalier à la Soufflerie.

I.