Transe en danse

Nous sommes plongés dans un noir total.

Doucement, un grand rectangle lumineux se dessine au sol. On croit entendre un battement au loin. Il se rapproche. Petit à petit entre dans ce grand rectangle faiblement illuminé une forme mouvante.

Est-ce une personne ? Un automate ? Un pantin ? Difficile à dire.
Seul ce qui paraît être ses mains et sa tête se détachent de ce noir profond.
La forme avance dans la lumière discrète, c’est une personne, impossible encore d’en savoir plus, un homme ? une femme ?

Elle avance à pas imperceptibles, le haut de son corps semble désarticulé, et bat au rythme des percussions de plus en plus fortes.

Puis deux autres personnes apparaissent à l’instar de la première.

S’en suit une danse endiablée, guidée par une musique qui devient assourdissante.
Une danse qui semble d’un genre nouveau et qui pourtant paraît d’un naturel évident. Le corps des danseurs réagit de manière épileptique aux sons et à la lumière emportant le spectateur dans sa transe.

Pour le reste, il s’agit d’une expérience immersive dont l’appréciation reste à chacun, au delà des analyses.

Le cercle, de Nacera Belaza
Spectacle du 17 au 18 décembre 2019
Le Lieu Unique,
Nantes.

Louise Hoor