Tsunami-fa-sol-la-si-do

Seul sur le sable, le nez dans l’eau. Mon rêve était trop beau.
Ainsi chantaient les clubbeurs de Saint-Jean-De-Mont à l’aube des premières vagues de la marée blanche en octobre dernier.

Comme tous les jours, la mer laisse sur les plages son lot de surprises : bois flottés, coquillages, homard, coton tige, iphone 8 ... flacon d’huile solaire ... slip Calvin Klein (belle soirée sans doute). Alors souvent, la mer est blasée qu’on la prenne pour une poubelle. Elle s’énerve, et pour se venger elle emporte un peu d’humanité dans ses entrailles. Au moins c’est biodégradable.

Les grecs étaient si visionnaires qu’ils ont créé Castor et Pollux. Depuis -850 avant J.-C, ces fils de Zeus apparaissent pour secourir les marins de situations désespérées. Combien en ont-il réellement sauvé ? Seul Nikos Aliagas le sait !
Dans le ciel, ils sont aussi les signes du zodiaque représentant les Gémeaux. Des étoiles qui brillent comme brillent les musiciens du groupe breton homonyme Castor&Pollux.

Pendant quelques mois, ces cinq jeunes mousses ont jeté l’ancre au Nouveau Pavillon de Bouguenais pour créer des mélodie originales. Puis ils y ont donné un concert sensationnel ! Agitant le public avec des remous de bombardes, de saxophones, d’accordéon et de batterie !

D’ailleurs, le batteur semble être le captain Morgan du groupe, menant ses collègues avec enthousiasme en tout genre : clins d’œil, sourire, yeah ! En gang, en canon ou en solo, ils jouent des morceaux millimétrés mais décontractés. Toujours en harmonie, et sans jamais laisser l’un des leurs à la dérive.

Le seul bémol est qu’on ait à peine entendu le son de leurs voix ... Elles doivent pourtant être aussi belles que leur présence !

Un jour viendra où je referai escale pour voir Castor&Pollux, ici, là ou ailleurs.

Camille Heebie, est en nage !