Vers l’infini et au-delà

Au TU, le 9 octobre 2018, nous voilà embarqués avec cinq scouts à refaire le monde. C’est La Bible, vaste entreprise de la colonisation d’une planète habitable de Céline Champinot.

Au commencement, la magie du créateur.
Lumière. Et la lumière fut.

Le décor est surprenant,
Les costumes sont audacieux,
Les actrices sont justes, pile-poil.
Le jeu de voix est drôle et enivrant,
C’est beau,
Mais il en est presque difficile de saisir les mots.
Ca dépasse l’instant,
Comme une bombe à retardement.
Puis le message passe,
Allégrement.

Le plateau complètement découvert nous laisse voir tous les mouvements de décors, c’est fascinant cette liberté contemporaine qui intègre le spectateur au cœur même de la représentation. On ne lésine pas sur les masques, les néons et les dinosaures, sur le yukulélé, la flûte à bec et les maracas. Et chacun de ces éléments est un délice de plus sur cette Terre devenue terrain de jeu. Celui du colonisateur qui se croit tout puissant et qui détruit tout tranquillement, maître de tout ne maitrisant rien du tout.

Une fin du monde alors ? Surement pas. Une ode à la vie, à tous les possibles, à toutes les artilleries, à tous les tours de folie.

This is not the end.
Et comme une révélation finale, celles avec qui nous avons revendiqué, colonisé, dégénéré, émigré, procréée pendant plus d’une heure, se dévoilent et c’est comme une nouvelle rencontre.

Autrement dit, il est encore temps ! ;)

JPEG - 4.5 Mo

CF.